Publications /
Opinion

Back
Perspectives gazières du Maroc : où en est le projet ‘’Anchois’’ ?
Authors
September 9, 2022

Au cours des dernières années, les découvertes d’hydrocarbures au Maroc ont été plutôt gazières que pétrolières. De plus, ces découvertes sont en général de petite taille. La plus intéressante de ces découvertes à ce jour est Anchois, qui est située sur le permis marin de Lixus Offshore au large de la ville de Larache. Ce permis est détenu depuis 2019 par Chariot Limited (75 %), une entreprise basée à Guernesey, et par l’Office National des Hydrocarbures et des Mines (Onhym – 25 %), la société nationale du Maroc. Chariot est l’opérateur de Lixus, dont la superficie est de 1 794 km².

Une découverte qui remonte à 2009 et qui a été confirmée au début 2022

La découverte remonte en fait à 2009, avec le puits d’exploration Anchois-1. En décembre 2021, Chariot a foré le puits Anchois-2, qui était à la fois un puits d’appréciation et d’exploration. Cela signifie que ce forage avait un double objectif : évaluer les ressources gazières découvertes (appréciation) et examiner le potentiel d’autres zones (exploration). Anchois-2 a été un succès : l’épaisseur de la zone productrice nette est évaluée à 150 mètres (55 mètres pour le puits Anchois-1) et les deux partenaires envisagent depuis le développement du champ gazier Anchois.

En juillet 2022, Chariot a fait état de nouvelles estimations sur les ressources gazières d’Anchois. Ces chiffres proviennent d’une entreprise spécialisée dans ce domaine, Netherland Sewell & Associates, Inc. (NSAI, Texas). Les ressources ‘’contingentes’’ (éventuelles) d’Anchois sont à présent évaluées à 637 milliards de pieds cubes (637 Gp.c.) de gaz, soit 18 milliards de mètres cubes, les ressources ‘’prospectives’’ à 754 Gp.c. (21,35 milliards de mètres cubes) et les ressources récupérables restantes à 1 391 Gp.c. (39,4 milliards de mètres cubes), soit la somme des ressources contingentes et prospectives (les chiffres qui viennent d’être cités correspondent à la meilleure estimation. Ce ne sont pas les hypothèses basses ou hautes qui ont été retenues ici). Ces ressources récupérables représentent la production annuelle d’un pays comme l’Argentine ou comme le sultanat d’Oman (environ 40 milliards de mètres cubes par an pour chacun).

NSAI a aussi donné des estimations pour l’ensemble du permis de Lixus et pour celui de Rissana Offshore (8 490 km²) qui entoure Lixus. Rissana a été attribué à Chariot/Onhym au début de 2022. Mais ces estimations (ressources récupérables restantes de 4 600 Gp.c. pour Lixus, soit 130,25 milliards de mètres cubes) ne reposent pas sur des forages et leur degré de fiabilité est donc assez faible.

Si nous en restons au champ gazier d’Anchois, il faut noter que nous n’avons pas encore des estimations de réserves. Le concept de réserves se définit à partir de trois critères clés : il y a eu une ou des découvertes, les volumes d’hydrocarbures sont techniquement récupérables et leur exploitation serait rentable. Les ressources contingentes ne sont pas actuellement considérées comme commerciales (rentables) mais pourraient le devenir. Les ressources prospectives sont les quantités d’hydrocarbures qui sont considérées comme potentiellement récupérables à partir d’accumulations non découvertes. Cette seconde catégorie est donc très spéculative puisqu’il n’y a pas eu de découvertes.

‘’Anchois’’ pourrait entrer en production en 2024 ou en 2025

Chariot entend accélérer le futur développement d’Anchois en vue d’une mise en production ‘’aussi vite que possible’’. Chariot et l’Onhym travaillent donc sur tous les aspects de ce projet et sur le plan de développement afin de parvenir à la décision finale d’investissement (DFI). Un contrat pour des études détaillées d’avant-projet (front-end engineering and design ou FEED dans le jargon professionnel) a été attribué. Chariot veut, par ailleurs, explorer d’autres cibles intéressantes (appelées ‘’prospects’’) sur le permis Lixus Offshore. Trois prospects ont ainsi été identifiés. Un autre objectif du consortium consiste à étudier le potentiel du permis Rissana Offshore.

Même s’il convient de rester prudent à ce stade sur l’ampleur des réserves futures de gaz d’Anchois et du permis Lixus (comme indiqué ci-dessus, on peut parler pour l’instant de ressources et pas encore de réserves), le projet de développement repose sur quelques atouts clés, dont la proximité du gazoduc Maghreb-Europe (GME). Ce gazoduc relie l’Algérie à la péninsule ibérique en passant par le Maroc mais la section algérienne a été fermée à partir du 1er novembre 2021, un peu plus de deux mois après la rupture des relations diplomatiques entre Alger et Rabat. L’Espagne et le Maroc se sont entendus pour utiliser une partie du GME dans l’autre sens, c’est-à-dire de l’Espagne vers le Maroc. Cette utilisation a été effective pour la première fois à la fin juin 2022, ce qui a permis au Maroc d’importer du gaz naturel à partir de gaz naturel liquéfié (GNL) arrivé en Espagne où il a été regazéifié. Chariot estime aujourd’hui qu’Anchois pourrait entrer en production en 2024 ou en 2025.

 

  

 Les opinions exprimées dans ce texte n’engagent que leur auteur.

 

 

RELATED CONTENT

  • October 25, 2022
    واجه الاتحاد الأوروبي خلال السنتين الماضيتين أزمة غير مسبقة في قطاع الطاقة بدأت منذ سنة 2021 واشتدت مع الأزمة الروسية الأوكرانية. فارتفعت أسعار الطاقة عمومًا والغاز على وجه الخصوص ممّا تسبّب في ضغطات مرتفعة على الفاعلين الاقتصاديين مستهلكين كانوا ام شركات. فحاول المفوضية والمجلس الأوروب...
  • Authors
    October 21, 2022
    This Policy Brief addresses the question of Europe's interest in the Nigeria-Morocco Gas Pipeline project. The paper advances six arguments to support this interest and its relevance. 1) The project effectively diversifies European gas resources and provide greater scope for action. 2) Building the pipeline helps create a new generation of measures to curb the asymmetric risks Europe faces. 3) The project mitigates the risk of replacing European dependence on Russian gas with anothe ...
  • Authors
    October 21, 2022
    Avec près d’une vingtaine de pays dotés de minerais de tout genre, l’Afrique renferme les plus grandes réserves en ressources naturelles dans le monde. Paradoxalement, le continent reste l’une des régions les moins développées et comptant des populations parmi les plus pauvres. Inégalité dans la distribution des richesses, convoitise des ressources du continent par des entreprises étrangères ainsi qu’un manque de transparence de la part des dirigeants africains, sont autan ...
  • Authors
    October 5, 2022
    Le présent Policy Brief tente d’apporter une réponse à la question de l’intérêt de l’Europe dans la réalisation du projet de Gazoduc Nigeria-Maroc. Six arguments sont avancés pour fonder l’existence et la pertinence d’un tel intérêt. 1) Le projet participerait efficacement à la diversification des ressources gazières des pays européens et leur donnerait plus de marge de manoeuvre. 2) La mise en place du gazoduc participerait à l’édification d’une nouvelle génération de mesures qui a ...
  • September 09, 2022
    Key Challenges and Opportunities of African natural gas supplies to Europe. Since the beginning of the war in Ukraine, the African natural gas has emerged as an alternative to Russian na ...
  • Authors
    September 9, 2022
    Au cours des dernières années, les découvertes d’hydrocarbures au Maroc ont été plutôt gazières que pétrolières. De plus, ces découvertes sont en général de petite taille. La plus intéressante de ces découvertes à ce jour est Anchois, qui est située sur le permis marin de Lixus Offshore au large de la ville de Larache. Ce permis est détenu depuis 2019 par Chariot Limited (75 %), une entreprise basée à Guernesey, et par l’Office National des Hydrocarbures et des Mines (Onhym – 25 %), ...
  • Authors
    August 29, 2022
    L’Afrique représente environ 3 % du produit intérieur brut mondial. Il n’est donc pas surprenant que le poids du continent dans le secteur de l’énergie soit très faible, compte tenu des liens très étroits entre économie et énergie. Selon la dernière édition de la BP Statistical Review of World Energy, publiée en juin 2022 et portant sur l’année 2021, la part de l’Afrique dans la consommation mondiale d’énergie primaire était de 3,4 % l’an dernier (a) (b). Le continent, qui représent ...
  • Authors
    Hamza Mjahed
    August 17, 2022
    In May 2021, the International Energy Agency’s (IEA) report Net Zero by 2050 stated that there is no need for new investments in oil and gas fields in their net zero pathway[1]. The message was clear: place your next investments in clean energy sources and energy efficiency. However, the IEA’s Africa Energy Outlook 2022 stated that Africa’s industrialisation relies in expanding the use of natural gas[2]. Even the IEA executive director Fatih Birol said, “if we make a list of the top ...
  • Authors
    Amaye SY
    August 1, 2022
    Avant la pandémie Covid-19, le continent abritait les économies à la croissance la plus rapide du monde et plusieurs pays africains montraient les premiers signes de transformation structurelle et de progrès vers l’émergence économique. Plus de deux ans après la pandémie et les ondes de choc qui en ont résulté, deux questions cruciales se posent : dans quelle mesure le choc sanitaire Covid-19, exacerbé par la crise ukrainienne, a-t-il constitué un tournant dans le processus général ...
  • Authors
    June 21, 2022
    Oil dominates Nigeria’s economy- “Africa’s Giant”. Oil revenues are both a blessing and a curse: a blessing because they are the single most important contributor to government revenues; a curse because, through the Dutch Disease, they undermine the productivity and competitiveness of other non-oil sectors, primarily agriculture and agri-processing; and manufacturing, two major sources of non-oil employment and incomes. Since Nigerian governments did not try to counter the Dutch Dis ...