Publications /
Opinion

Back
Le RCEP et le « Quad », deux coups de tonnerre
November 25, 2020

Coup sur coup, deux accords géants sont venus marquer l’actualité internationale. L’un, est économique et sonne comme un coup de tonnerre : c’est le RCEP (Regional Comprehensive Economic Partnership), vaste accord commercial asiatique, signé le 15 novembre 2020. Cette date restera dans l’histoire comme ayant associé la Chine à un ensemble de pays asiatiques. Il inclut l’ASEAN (Association des Nations d’Asie du Sud-est, à l’initiative de la démarche) mais, aussi, le Japon et la Corée du Sud, alliés traditionnels des Etats-Unis. 

Ces pays représentent un tiers du PIB mondial et 2 milliards d’habitants. L’accord vise à approfondir leurs échanges. C’est ‘’la réponse du berger à la bergère’’ au protectionnisme brutal pratiqué par Donald Trump depuis 2017. Il est, également, une conséquence de la politique américaine d’affaiblissement de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) : cette dernière n’est plus à même de sécuriser les échanges. Des outils régionaux s’imposent.

Rappelons qu’en 2017, encore, figurait sur la table le projet d’accord transpacifique (TPP) conçu par Barak Obama pour contenir l’influence chinoise en matière de standards, paramètre stratégique des échanges. Il associait les Etats-Unis à un ensemble de pays asiatiques (sans la Chine). Le président Trump s’en est retiré unilatéralement. Trois ans après, la conséquence est là : Pékin s’est engouffré dans la brèche.

Certes, la Chine n’a pas la garantie formelle d’un rôle de leader dans le nouvel ensemble mais, sa puissance d’attraction économique est un énorme atout pour l’acquérir, ce qui a d’ailleurs conduit l’Inde, grand absent du RECEP à s’en retirer. Une autre nuance réside dans l’écart séparant souvent, dans les accords de libre-échange, les intentions et les réalisations, surtout quand l’ambition concrète est modeste (les normes et standards sont peu évoqués par l’accord, dont l’objet est avant tout douanier). Mais, ceci ne doit pas nous tromper, non plus : pour cet accord-là, l’acte le plus difficile était, justement, la signature.

Que des alliés des Etats-Unis, aussi fidèles que le Japon et la Corée du Sud, se résolvent à s’associer officiellement à la Chine pour une démarche susceptible de modeler la géo-économie mondiale n’allait pas de soi. Jusque-là, ces pays n’avaient aucun accord de libre-échange avec Pékin.

Au même moment, un autre accord affleure, d’ordre géopolitique cette fois : le « dialogue stratégique » entre les Etats-Unis, l’Inde, l’Australie et le Japon, surnommé « Quad ». En novembre, pour la première fois, des manœuvres navales conjointes ont réuni ces quatre pays dans le Golfe du Bengale. L’histoire des relations internationales nous enseigne que les manœuvres militaires sont souvent une étape-clé dans la genèse des alliances. Elles sont un signal fort de coopération. Elles contribuent à l’interopérabilité entre les forces militaires (condition d’efficacité d’une éventuelle alliance). Elles impliquent des contacts humains (favorisant les rapprochements ultérieurs…).
L’Inde, ancien apôtre du non-alignement, s’associe en 2020 aux Etats-Unis pour une démarche tournant le dos à cette doctrine. Ceci en dit long sur les lignes de fractures mondiales. C’est un second coup de tonnerre.

Les deux évènements sont asymétriques : sur le dossier économique, la Chine a pris le lead grâce à l’aveuglement de Donald Trump ; sur le militaro-stratégique, les Etats-Unis conservent une supériorité manifeste et s’en servent pour converger avec l’Inde. Ils sont aussi concomitants. Le Japon, seul signataire commun aux deux accords, n’y est peut-être pas étranger : la confirmation simultanée de l’alliance stratégico-militaire avec les Etats-Unis lui permet de coopérer économiquement avec la Chine sans crainte d’affaiblir son lien politique avec Washington. Sous nos yeux, la carte du monde se redessine.

RELATED CONTENT

  • Authors
    Sabine Cessou
    May 17, 2022
    Ce thème, abordé au Centre HEC de Géopolitique à Jouy-en-Josas, lors de la 12e édition des Dialogues stratégiques avec le Policy Center for the New South, une rencontre semestrielle, a permis de revenir dans le détail sur cette zone qui relie la Méditerranée à l’océan Indien, à la jointure de trois continents : l’Asie, l’Afrique et l’Europe. Cette route maritime qui s’étend sur plus de 2 200 km, pour une largeur qui varie de 300 km à moins de 30 km entre Djibouti et le Yémen, représ ...
  • May 13, 2022
    Depuis 2016, le Policy Center for the New South et le Centre HEC de Géopolitique organisent chaque année deux éditions des « Dialogues Stratégiques ». Cette plateforme d’analyse et d’échange réunit des experts, des chercheurs provenant de différents think-tanks et du monde académique, d...
  • Authors
    November 5, 2021
    A slowdown in China and winding down of U.S. stimulus threaten a much-needed regional rebound. First appeared at Americas Quarterly The last year has seen some good news for Latin American economies. The region’s recovery has been stronger than expected, and growth forecasts by the World Bank and IMF have improved since six months ago. Vaccination campaigns and fiscal support have sparked an economic rebound since the second half of last year, despite an apparent loss of momentum ...
  • November 25, 2020
    Coup sur coup, deux accords géants sont venus marquer l’actualité internationale. L’un, est économique et sonne comme un coup de tonnerre : c’est le RCEP (Regional Comprehensive Economic Partnership), vaste accord commercial asiatique, signé le 15 novembre 2020. Cette date restera dans l’histoire comme ayant associé la Chine à un ensemble de pays asiatiques. Il inclut l’ASEAN (Association des Nations d’Asie du Sud-est, à l’initiative de la démarche) mais, aussi, le Japon et la Corée ...
  • Authors
    Bouchra Rahmouni
    October 19, 2018
    There are various definitions of Energy Security (ES) and numerous ways of understanding the concept. For this blog’s purpose, we will choose the familiar understanding of the latter as put forward by the George W. Bush Administration, i.e. it represents a situation where four characteristics are met, an energy supply that is: (1) Reliable (2) affordable (3) environmentally sound and (4) accessible.  Thus, ES represents the situation where there’s availability of energy at all time ...
  • September 24, 2018
    The Beijing Declaration “Toward and Even Stronger China-Africa Community with a Shared Future” - and the Forum on China-Africa Cooperation (FOCAC) Beijing Action Plan (2019-2021), resulting from the last FOCAC held on September the 3rd and 4th 2018, in Beijing, showed the China-Africa cooperation will increase deeper in the near future, clearly demonstrating a new era for both China and Africa. FOCAC currently comprises China and 53 African countries.  China, slowly but surely, is ...
  • Authors
    November 27, 2017
    Current technological developments in manufacturing are likely to lead to a partial reversal of the wave of fragmentation and global value chains that was at the core of the rise of North-South trade from 1990 onwards. At the same time, China – the main hub of the global-growth-cum-structural-change of that period - may attempt to extend the previous wave through its “One Belt, One Road” initiative. ...