Publications /
Policy Brief

Back
CEDEAO, la voie difficile vers l’Eco, la monnaie unique
Authors
Pierre Jacquemot
December 26, 2019

Depuis 2000, selon une approche et un calendrier qui ont été maintes fois modifiés, les 15 membres de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont exprimé leur volonté d’accélérer le processus d’intégration monétaire dans la région. Le récent débat autour de la Zone franc et sa réforme, désormais décidée avec la France, mais également l’enthousiasme manifesté autour de la création de la Zone de libre-échange continentale (ZLEAf) formellement créée le 30 mai 2019, créent un climat propice à la relance du projet de création d’une zone monétaire CEDEAO. Les Chefs d’État concernés, réunis le 29 juin 2019 à Abuja, au Nigeria, se sont mis d’accord sur des modalités techniques de la nouvelle monnaie unique : sur son nom (l’Eco), sur le régime de change (flexible avec ciblage d’inflation), sur le principe d’une banque centrale qui serait a  caractère fédéral et non une banque centrale unique, sur le respect de critères de convergence à atteindre et sur le calendrier progressif, a  partir de 2020. Quelle est la portée d’un tel projet ? Quelles sont les difficultés à surmonter ? Quel est le réalisme de son calendrier ?

Au centre des avantages attendus de la monnaie unique, se trouve celui de la taille du marché : au sein d’un vaste espace de près de 400 millions d’habitants en 2020 pourraient s’épanouir les échanges fluidifiés par l’absence d’entraves liées à des régimes de change différents. Le développement des activités bancaires transfrontières et des institutions financières régionales pourrait conduire à une mutualisation des ressources et à un plus grand partage des risques. Les relations pourraient, aussi, mieux se développer autour des proximités ethniques, historiques et culturelles entre, par exemple, le Togo et le Ghana, entre le Bénin et le Nigeria, entre ce dernier et le Niger, ou entre le Sénégal et la Gambie. Pour autant, le projet est d’une rare complexité.

RELATED CONTENT

  • July 24, 2020
    Depuis 2018, le Ghana est considéré par le Fonds monétaire international (FMI) comme le bon élève de l'Afrique. Bon élève dans le respect de la démocratie qui lui permet d'attirer de nombreux investisseurs mais, aussi, bon élève de par les résultats économiques obtenus pour réduire son inflation et relancer sa croissance économique, suite à un programme d'ajustement structurel, soutenu par le FMI, mis en place en 2015, et qui s'est achevé en 2019. Ces résultats, le Ghana les doit a ...
  • Authors
    Youssef El Jai
    April 3, 2020
    Using a Structural vector auto-regression analysis, this paper attempts to answer the question of the feasibility of a currency union in the Economic community of West African states (ECOWAS). The study focuses on a particular criterion of the theory of optimum currency area (OCA) i.e. the similarity of business cycles. The main results suggest important discrepancies between countries that are already within the WAEMU (CFA Franc) arrangement and countries that have their own arrang ...
  • Authors
    Pierre Jacquemot
    December 26, 2019
    Depuis 2000, selon une approche et un calendrier qui ont été maintes fois modifiés, les 15 membres de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont exprimé leur volonté d’accélérer le processus d’intégration monétaire dans la région. Le récent débat autour de la Zone franc et sa réforme, désormais décidée avec la France, mais également l’enthousiasme manifesté autour de la création de la Zone de libre-échange continentale (ZLEAf) formellement créée le 30 ma ...
  • Authors
    Clémence Vergne
    November 19, 2015
    Au cours de la dernière décennie, le Ghana a enregistré des taux de croissance moyens supérieurs à 7 % par an, ce qui lui a permis d’accéder au statut de pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure. Toutefois, la croissance a récemment marqué le pas pour s’établir à 4,2 % en 2014, ce qui soulève la question de la pérennité du modèle de développement du pays. Le Ghana se trouve désormais à un stade critique de son processus de développement. Une transformation structurelle ...