Publications /
Opinion

Back
Ghana: quel modèle de développement à moyen terme?
Authors
Clémence Vergne
November 19, 2015

Au cours de la dernière décennie, le Ghana a enregistré des taux de croissance moyens supérieurs à 7 % par an, ce qui lui a permis d’accéder au statut de pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure. Toutefois, la croissance a récemment marqué le pas pour s’établir à 4,2 % en 2014, ce qui soulève la question de la pérennité du modèle de développement du pays. Le Ghana se trouve désormais à un stade critique de son processus de développement.

Une transformation structurelle de l’économie relativement modérée

Après être restée relativement stable de 1970 à 1990, la structure de production de l’économie ghanéenne s’est progressivement modifiée, en particulier au cours de la dernière décennie. L’examen de la décomposition sectorielle du PIB ghanéen révèle deux caractéristiques majeures dans la structure et l’évolution de la répartition de la valeur ajoutée par secteur. Premièrement, le Ghana demeure un pays fortement agricole dans la mesure où la part du secteur primaire représente toujours près d’un tiers de la valeur ajoutée totale et plus de 40 % de l’emploi total. Toutefois, à l’instar de la plupart des exemples de développement, la croissance ghanéenne s’est caractérisée par un recul marqué de la part du secteur agricole dans l’économie, laquelle est passée de 56,5 % de la valeur ajoutée totale au cours des années 1970 à environ 26 % sur la période 2010-2012. Deuxièmement, la diminution progressive de la part du secteur agricole s’est essentiellement effectuée au profit du secteur des services et non du secteur secondaire. La part du secteur des services est ainsi passée d’un peu moins de 25 % dans les années 1970 à près de 50 % en 2010-2012. La part du secteur industriel est quant à elle restée stable depuis 1990, à moins de 25 % de la valeur ajoutée totale. En outre, la part du secteur manufacturier accuse un recul significatif, passant de 10 % au cours des années 1990 à 7 % sur la période 2010-2012.

Comme de nombreux pays africains, le Ghana connait un processus de transformation structurelle relativement lent et récent. En outre, la transformation structurelle s’opère par la voie des services et non par une hausse des activités manufacturières. Toutefois, le secteur des services demeure très concentré dans les services informels à faible valeur ajoutée comme le commerce de détail ou les services à la personne. Le secteur informel représente 80 % de l’emploi total au Ghana.
Malgré la vigueur de la croissance (taux de croissance annuel soutenu de plus de 5 % depuis 1990), pourquoi la transformation structurelle de l’économie ghanéenne en cours se fait à un rythme lent ?

Nous vous invitons à lire l’article complet par Clémence Vergne sur Ideas For Development (ID4D) Blog

RELATED CONTENT

  • Authors
    Mohamed Ben Omar NDIAYE
    June 15, 2022
    La question de la mise en œuvre du projet de monnaie unique de la CEDEAO a encore été au centre des discussions entre les chefs d’État de la CEDEAO lors de leur 57ème session ordinaire, tenue à Niamey le 7 septembre 2020, et lors de laquelle ils ont décidé pour diverses raisons un nouveau report à une date ultérieure, après ceux de 2003, 2005, 2009 et 2015. Les chefs d’État ont aussi évoqué l’élaboration d’une « nouvelle feuille de route », sans toutefois déterminer u ...
  • June 17, 2021
    Africafé reviens ce jeudi 17 juin à 17h30 avec un nouvel épisode. Présenté par Youssef Tobi, spécialiste en relations internationales, Africafé décrypte l'actualité des organisations africaines et du continent avec des experts africains. Dans cet épisode, Youssef El Jai donne une vision...
  • July 24, 2020
    Depuis 2018, le Ghana est considéré par le Fonds monétaire international (FMI) comme le bon élève de l'Afrique. Bon élève dans le respect de la démocratie qui lui permet d'attirer de nombreux investisseurs mais, aussi, bon élève de par les résultats économiques obtenus pour réduire son inflation et relancer sa croissance économique, suite à un programme d'ajustement structurel, soutenu par le FMI, mis en place en 2015, et qui s'est achevé en 2019. Ces résultats, le Ghana les doit a ...
  • Authors
    Alioune Sall
    Moubarack Lo
    July 2, 2020
    La transformation de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en « confédération d’Etats » est parfois évoquée, y compris au niveau des Chefs d’Etat de la Communauté, comme une prochaine étape naturelle du processus d’approfondissement de l’intégration en Afrique de l’Ouest. La présente étude a pour objet d’en explorer la faisabilité et la pertinence, en se fondant sur l’expérience vécue dans d’autres continents. Une Confédération d’Etats peut être défini ...
  • Authors
    Youssef El Jai
    April 3, 2020
    Using a Structural vector auto-regression analysis, this paper attempts to answer the question of the feasibility of a currency union in the Economic community of West African states (ECOWAS). The study focuses on a particular criterion of the theory of optimum currency area (OCA) i.e. the similarity of business cycles. The main results suggest important discrepancies between countries that are already within the WAEMU (CFA Franc) arrangement and countries that have their own arrang ...
  • Authors
    Pierre Jacquemot
    December 26, 2019
    Depuis 2000, selon une approche et un calendrier qui ont été maintes fois modifiés, les 15 membres de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont exprimé leur volonté d’accélérer le processus d’intégration monétaire dans la région. Le récent débat autour de la Zone franc et sa réforme, désormais décidée avec la France, mais également l’enthousiasme manifesté autour de la création de la Zone de libre-échange continentale (ZLEAf) formellement créée le 30 ma ...
  • June 21, 2017
    Ce podcast est présenté par Moubarack Lo. Il y analyse l’apport de l’adhésion marocaine à la CEDEAO suite à l’accord de principe donné par ses membres au 51e sommet de Monrovia le 4 juin ...
  • Authors
    Clémence Vergne
    November 19, 2015
    Au cours de la dernière décennie, le Ghana a enregistré des taux de croissance moyens supérieurs à 7 % par an, ce qui lui a permis d’accéder au statut de pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure. Toutefois, la croissance a récemment marqué le pas pour s’établir à 4,2 % en 2014, ce qui soulève la question de la pérennité du modèle de développement du pays. Le Ghana se trouve désormais à un stade critique de son processus de développement. Une transformation structurelle ...