Publications /
Policy Paper

Back
La diplomatie économique du Japon en Afrique: Un bilan de l’ère Abe, entre priorités stratégiques et réalités de terrain
Authors
Céline PAJON
January 8, 2021

Durant  son  mandat  (2012-2020),  le  Premier  ministre  Shinzo  Abe  s’est évertué  à  démontrer  le  fort  intérêt  duJapon  pour  l’Afrique,s’engageant notamment sur un soutien financier d’un total de 60 milliards de dollars lors des sommets de la Tokyo International Conference on African Development(TICAD)  en  2013  et  2016  et  dévoilant  sa  vision  pour «un  Indo-Pacifiquelibre  et ouvert»(«Free  and  Open  Indo-Pacific»–FOIP)  lors  de  la TICADVI à Nairobi. Pour autant, Shinzo Abe n’entretient pas avec l’Afrique de  lien particulier. Il a  simplement décliné  les  priorités  stratégiques  fixées pour son gouvernement dans le cadre de sa politique africaine.

Il s’agissait d’abord de redynamiser l’économie du Japon, par la recherche de leviers de croissance à l’international : l’Afrique est en 2013 un continent en pleine expansion économique. La priorité est d’y mobiliser massivement les investissements privés et de rattraper le retard du Japon sur le marché africain, face aux autres acteurs asiatiques et occidentaux. Tokyo a donc cherché à passer d’une politique centrée sur l’aide publique au développement (APD), dont le budget ne cesse de se contracter, à une approche basée sur les investissements privés, à travers une série de mesures incitatives déployées dans le cadre de sa diplomatie économique.

Shinzo Abe a également souhaité marquer le retour du Japon sur la scène internationale, via un fort activisme diplomatique. Or, la rivalité systémique avec la Chine, qui s’exacerbe après 2012 devient un facteur structurant de sa politique étrangère. Pékin est le premier partenaire commercial de l’Afrique depuis 2009 et son influence politique sur le continent s’étend à mesure qu’il déroule ses Nouvelles routes de la soie dès 2013. Dans ce contexte, le Japon cherche à regagner du terrain face à la Chine en proposant une alternative, notamment à travers sa vision pour « un Indo-Pacifique libre et ouvert ».

En 2020, les objectifs de Tokyo en termes d’investissements en Afrique ne semblent toutefois pas avoir été tenus et on observe un écart important entre le discours politique et la réalité du terrain. Bien que des progrès soient enregistrés, les entreprises japonaises restent très réticentes à investir sur un continent dont elles connaissent mal les problématiques et qui leur semble lointain et dangereux. L’approche quelque peu dirigiste du gouvernement à l’égard des entreprises semble donc trouver ses limites sur le terrain africain. Dans ces conditions, le discours sur la rivalité avec la Chine semble également difficile à incarner.
Le sommet de la TICAD VII (2019), en mettant en évidence les difficultés du gouvernement japonais à mobiliser un grand volume d’investissements privés en Afrique sur une période courte, pourrait marquer la fin d’un cycle. La déclinaison sur le terrain africain de la stratégie gouvernementale en matière de diplomatie économique (dans ses dimensions commerciales et géopolitiques) d’abord destinée à l’Asie, a donc montré ses limites. En particulier, le discours politique a eu tendance à placer la coopération nippo-africaine dans le cadre de la rivalité stratégique entre le Japon et la Chine, qui n’est pas de même nature en Afrique qu’en Asie. Ce discours a créé des attentes et a déformé la réalité de la coopération japonaise en Afrique, qui s’établit sur une base prudente et dans une stratégie de long terme.

Le Japon pourrait donc revenir à une approche plus pragmatique, en renonçant à des annonces ambitieuses mais en se concentrant plutôt sur des mesures permettant de construire sur le plus long terme une base d’investissements solide en Afrique.

RELATED CONTENT

  • July 20, 2022
    Amid a heated election battle for the re-election of the Japanese Senate, Japanese leader Shinzo Abe was assassinated in a dramatic way that caused great shock and disbelief in the Japanese public opinion. Dr. El Mostafa Rezrazi with PM Shinzo Abe at the Summit of the 5th Edition of TICAD held in Yokohama in June 2013 After his health deteriorated, the man voluntarily left office in 2020, but his party’s comrades persuaded him to give them more support in the election campaign. On ...
  • Authors
    Pascal Chaigneau
    Alain Oudot de Dainville
    Rodolphe Monnet
    Florent Parmentier
    Olivier Tramond
    June 16, 2022
    Les Dialogues stratégiques, une collaboration entre le HEC Center for Geopolitics et le Policy Center for the New South représentent une plateforme d’analyse et d’échange biannuelle réunissant des experts, des praticiens, des décideurs politiques ainsi que le monde universitaire et les médias au service d’une réflexion critique et approfondie sur les tendances politiques mondiales et les grandes questions d’importance commune pour l’Europe et l’Afrique. Cette publication est ...
  • Authors
    Sabine Cessou
    May 17, 2022
    Ce thème, abordé au Centre HEC de Géopolitique à Jouy-en-Josas, lors de la 12e édition des Dialogues stratégiques avec le Policy Center for the New South, une rencontre semestrielle, a permis de revenir dans le détail sur cette zone qui relie la Méditerranée à l’océan Indien, à la jointure de trois continents : l’Asie, l’Afrique et l’Europe. Cette route maritime qui s’étend sur plus de 2 200 km, pour une largeur qui varie de 300 km à moins de 30 km entre Djibouti et le Yémen, représ ...
  • May 13, 2022
    Depuis 2016, le Policy Center for the New South et le Centre HEC de Géopolitique organisent chaque année deux éditions des « Dialogues Stratégiques ». Cette plateforme d’analyse et d’échange réunit des experts, des chercheurs provenant de différents think-tanks et du monde académique, d...
  • Authors
    April 26, 2022
    As China’s presence has expanded into the Horn of Africa, Somaliland has opted to distance itself from Beijing and presented itself as a democratic ally of the West – and Taiwan. On March 17, 2022, three Republican Congressmen introduced a bill titled the “Somaliland Partnership Act,” requiring the American Secretary of State to submit annual reports to Congress on assistance provided to Somaliland and conduct a feasibility study on establishing a security partnership with Somalilan ...
  • Authors
    March 17, 2022
    “Turkey’s turn to Africa is the result of several factors: the economic liberalization process undertaken in the 1990s, Ankara’s aim for greater voice in international institutions, and Turkey's rivalry with Egypt and the Gulf states. Scholars have observed that Turkey's public diplomacy, which some have dubbed the “Ankara consensus” is consciously designed as an alternative to the Washington consensus of neoliberal economic growth and the Beijing consensus of state-led growth, that ...
  • Authors
    Isabelle Saint-Mézard
    Françoise Nicolas
    March 7, 2022
    Due to historical as well as geographical reasons, India and East Africa have long been close partners. In the recent period however, and even more so since the early 2000s, these ties have tightened as a result of combined efforts by the government of India and its business community. The presence of communities of Indian origin in several East African countries has also acted as a catalyst. East Africa is perceived as a valuable partner both by Indian authorities and by Indian pr ...
  • Authors
    Redouan Najah
    November 26, 2021
    Après un peu plus de deux décennies de sommets triennaux, et dans un contexte mondial préoccupant, marqué par la pandémie de Covid-19, allant de la détérioration de la situation économique, l’accélération des campagnes de vaccination, le recul du financement pour les infrastructures, la dette... etc. L’agenda de l’édition 2021 du Forum sur la coopération sino-africaine (Focac), se révèle d’une importance certaine pour les pays africains dans la période post-Covid. ...