Publications /
Book / Report

Back
Capital humain et développement économique et social au Maroc
Authors
Sous la direction de: Idriss El Abbassi
Mariem Liouaeddine
April 5, 2022

Ce livre est l’aboutissement d’un appel à communications organisé conjointement par le Policy Center for the New South et le Laboratoire d’Economie appliquée de la Faculté des Sciences juridiques, économiques et sociales (FSJES) Rabat-Agdal. Il s’agit d’un nouveau maillon dans la collaboration entre les deux institutions depuis 2015 qui consacre la volonté et l’engagement du Policy Center for the New South d’entretenir des liens étroits avec le monde académique et d’offrir aux chercheurs universitaires une plateforme de valorisation et de dissémination de leurs idées et perspectives.

Cet appel à communications a ouvert le champ de réflexion sur la thématique du capital humain. Il vient s’ajouter aux problématiques abordées dans les précédentes éditions, et qui ont touché aux politiques macroéconomiques, à l’ouverture et à la transformation structurelle de l’économie marocaine. La théorie du capital humain érige la connaissance accumulée et la santé au rang des investissements et recommande aux décideurs, et notamment à ceux des pays en développement, d’en faire le point d’ancrage de leurs politiques économiques et sociales à moyen et long termes. Seul un investissement dans l’être humain peut être porteur de bien-être pour l’individu, la communauté et pour l’économie toute entière, puisqu’il est catalyseur de la réussite de toute action publique qui se fixe la prospérité comme finalité.

Ces investissements sont nécessaires non seulement pour mettre les nations sur la voie de la croissance économique, mais aussi en vue de doter les générations futures des qualités d’agilité et de flexibilité dont l’acquisition est rendue nécessaire par les exigences complexes du marché de travail de demain.

Dans cet esprit, le Maroc place l’investissement dans l’être humain au cœur de son développement économique et social. En effet, son adhésion aux Objectifs du millénaire du développement (OMD, 2000-2015), puis aux Objectifs du développement durable (ODD, 2016-2030), témoigne d’une volonté à atteindre l’ensemble de ces cibles dont celles qui concernent la promotion d’une éducation de qualité, l’amélioration du système de santé et la réduction des inégalités. Des avancées ont été réalisées en la matière et les efforts de massification d’accès ont permis de généraliser la scolarisation de base et d’élargir l’offre de soins. Néanmoins, ces efforts  ne semblent pas être accompagnés par une amélioration de la qualité des prestations de services publics.

Au-delà de ce constat général, la problématique du capital humain au Maroc comporte des ramifications bien plus complexes, qui nécessitent des analyses circonstanciées et approfondies. Ainsi, ce livre, à travers ses 17 chapitres, sélectionnés minutieusement selon les critères de qualité et d’approches méthodologiques, s’inscrit dans cette optique. Celle de creuser dans les questions les plus pointues qui gravitent autour de notre thématique, en particulier dans les secteurs de l’éducation et de la santé.

L’ouvrage est structuré en trois parties. La première partie est consacrée à un cadrage méthodologique et conceptuel, et dans laquelle les recherches étudient la mesure confectionnée en 2018 par la Banque mondiale, à savoir l’indice du capital humain (HCI). Il est sujet à des incertitudes statistiques et économétriques qui remettent en cause le classement des pays qui en ressortent. A cet effet, il est proposé une approche systématique qui pallie ces incertitudes par la construction d’intervalles de confiance au HCI. Aussi, dans un souci d’intégration du nouveau découpage territorial, d’autres recherches tentent de mesurer le capital humain au Maroc en tenant compte de la double dimension éducation et santé.

La deuxième partie de l’ouvrage aborde la question du capital humain sous l’angle de l’éducation. Cette partie développe et affirme l’idée de l’apport marginal du capital humain à la croissance en raison essentiellement de la faiblesse du secteur de l’éducation et de son incapacité à fournir à l’économie des compétences à même d’améliorer la productivité et, donc, de mettre le pays sur la voie de la transformation structurelle. Les inégalités des chances d’accès à l’enseignement et la qualité des enseignants au Maroc retentissent négativement sur la performance scolaire. En effet, une bonne partie des élèves n’arrivent pas à « franchir la ligne de maîtrise minimale en lecture, en mathématiques et en sciences » (selon PISA-2018). Les performances des élèves en mathématiques, selon une analyse multi-niveaux, dépendent, en grande partie, de l’origine sociale et des caractéristiques individuelles, familiales des étudiants et du milieu d’implantation de l’école. Bien que l’accès à l’éducation et les inégalités de sa répartition au Maroc soient le facteur qui affecte le plus le bien-être des Marocains, il n’en demeure pas moins que la santé reste une composante importante du développement humain du pays.

Aussi, le capital humain sous l’angle de la santé constitue-t-il le troisième axe de l’ouvrage. La santé est étudiée en tant que partie intégrante et primordiale du développement et c’est à ce titre que les travaux s’intéressent aussi bien à l’examen de l’iniquité d’accès aux soins qu’aux inégalités territoriales dans l’offre de soins. Ces inégalités persistent malgré la mise en place du programme d’assistance médicale RAMED. L’évaluation d’impact de ce dernier sur la base des données issues de l’enquête panel des ménages 2019 de l’Office National du Développement Humain (ONDH) confirme qu’il existe un faible effet positif sur la variable « accès aux soins de santé » et, par conséquent, un impact marginal sur la réduction des inégalités sanitaires.

Puissent toutes celles et ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à l’élaboration de ce modeste travail, trouver ici l’expression profonde de notre gratitude et reconnaissance.

RELATED CONTENT

  • From

    20
    6:00 pm May 2022
    L'impact du COVID-19 sur le marché du travail : Une perspective marocaine L’apparition de de la COVID-19 a engendré une crise sanitaire mondiale, qui s’est rapidement transformé à d’autres crises bouleversant le vécu des humains de par la planète. En ce qui concerne les marchés mondiaux, notamment du travail, les incertitudes ont fortement impacté les comportements des agents. Aussi, les mises sous restrictions, totales ou partielles, des facteurs de production ont eu leur incidence sur l’activité globale -via différents canaux -, y compris celle des acteurs du marché du travail. À court terme, la pandémie est synonyme de fortes perturbations pour les citoyens et les marchés du travail. Celles-là concernent les revenues et les dépenses des particuliers comme elles portent su ...
  • Authors
    Sous la direction de: Idriss El Abbassi
    Mariem Liouaeddine
    April 5, 2022
    Ce livre est l’aboutissement d’un appel à communications organisé conjointement par le Policy Center for the New South et le Laboratoire d’Economie appliquée de la Faculté des Sciences juridiques, économiques et sociales (FSJES) Rabat-Agdal. Il s’agit d’un nouveau maillon dans la collaboration entre les deux institutions depuis 2015 qui consacre la volonté et l’engagement du Policy Center for the New South d’entretenir des liens étroits avec le monde académique et d’offrir a ...
  • March 23, 2022
    Ce Papier se donne pour but d’apporter des éclairages sur le chômage des jeunes en milieu rural en faisant recours aux résultats d’une enquête menée dans la province de Taounate. Les différentes analyses développées dans ce papier témoignent du faible niveau de qualification et de participation des jeunes et des femmes à la vie active en milieu rural ainsi que de la vulnérabilité au travail et de la faible qualité des emplois occupés par ces jeunes ruraux, particulièr ...
  • January 07, 2022
    يخضع سوق الشغل المغاربي منذ سنوات إلى مجموعة من الضغوطات تخص العرض والطلب إضافة الى ميكانيزمات التنظيم. ونعرض هنا أهمها وأبرز ما ينتج عنها من اختلالات. ومن الممكن ان تتفاقم هذه الاخيرة بع ...
  • May 31, 2021
    La Diaspora marocaine, qui compte aujourd’hui près de 5 millions de ressortissants à l’étranger, contribue de manière significative au développement économique du Maroc.  Leurs transferts de fonds jouent un rôle crucial dans la réduction de la pauvreté, surtout en milieu rural.  Ils permettent également d’améliorer l’accès à l'éducation et à la santé. Les transferts des Marocains du monde qui, généralement, occupaient le deuxième poste de recettes dans la balance des paiements du Ma ...
  • February 16, 2021
    خصص مركز السياسات من أجل الجنوب الجديد حلقته الاسبوعية لحديث الثلاثاء لمناقشة قانون الشغل والحماية الاجتماعية في ظل أزمة كوفيد 19 رفقة محمد طارق، أستاذ القانون الاجتماعي بجامعة الحسن الثاني بالدار البيضاء. في هذه الحلقة سيتم تحليل وضع المغرب فيما يتعلق بالمجال الحماية الاجتماعي خاصة خلا...
  • July 16, 2020
    La femme représente la moitié de la société. Côte à côte avec l’homme, elle a toujours contribué au développement des sociétés lorsque les facteurs de conversion lui ont permis de mettre à l’œuvre ses potentialités pour parler simple. Aujourd’hui, cette catégorie de la société marocaine, et mondiale, subit de manière disproportionnée les répercussions de la crise de la Covid-19, sur plus d’un aspect de la vie en société. Ceci est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit des domaines ...
  • Authors
    Numéro spécial du cahier du plan - Volume 2
    December 18, 2019
    Lors du colloque autour du thème « Croissance économique au Maroc : théories, évidences et leçons des expériences récentes », organisé conjointement par le Haut-Commissariat au Plan (HCP) et le Policy Center for the New South et accueilli par le HCP en mai 2017 dans ses locaux à Rabat, des experts et praticiens de près de 30 institutions académiques et non académiques ont échangé et débattu de la croissance économique au Maroc dans un framework transverse alliant le théorique au pra ...
  • September 17, 2019
    INTERVIEW avec Patrick Plane 1/ Selon votre indice de compétitivité durable en matière d’attractivité, le Maroc occupait, en 2016, la 5ème place en Afrique, en même temps qu’il se situait en haut du tableau en termes de résistance aux vulnérabilités. Que révèlent pour vous ces classemen...
  • August 23, 2019
    Income inequality is high in Morocco. In 2013, the share of national income of the richest 10% in Morocco stood at nearly 32%, 12 times higher than the share of national income of the poorest 10% of the population. High inequality can adversely affect long-term growth as it tends to be associated with underutilization of human potential. This paper argues that, drawing on international experience, there is much more that Morocco’s government can do to reduce inequality while at the ...