Publications /
Opinion

Back
Découvertes de gaz naturel au Maroc au début 2022 : que faut-il en penser ?
Authors
January 24, 2022

En janvier 2022, deux sociétés pétrolières, Chariot Limited et Predator Oil & Gas Holdings PLC, toutes les deux basées au Royaume-Uni, ont annoncé de bonnes nouvelles sur deux permis au Maroc. Ces découvertes de gaz naturel ont fait couler beaucoup d’encre. De façon générale, ce n’est d’ailleurs pas très étonnant, et ce pour plusieurs raisons : une découverte d’hydrocarbures (pétrole et gaz naturel) est un événement important en soi au regard de la place des hydrocarbures sur la scène énergétique (le pétrole et le gaz naturel représentent ensemble environ un peu moins de 60% de la consommation mondiale d’énergie), économique et géopolitique mondiale ; une découverte crée des attentes et des espoirs, parfois des déceptions ; et une découverte peut aussi susciter des controverses, soit parce que certains concepts techniques de base de l’industrie des hydrocarbures ne sont pas bien compris, ce qui peut entraîner des interprétations erronées, soit parce que la ou les sociétés concernées ont une communication discutable sur l’ampleur de cette découverte.

Une découverte ‘’encourageante’’ ou ‘’significative’’

Dans le premier cas, revenons sur les faits. Il est question d’une découverte gazière sur le permis marin de Lixus Offshore, dont la superficie est de 2 390 km². Situé à environ 40 kilomètres de Larache, ce permis est détenu par un consortium composé de Chariot (75%) et de l’Office National des Hydrocarbures et des Mines (Onhym, 25%), la compagnie pétrolière nationale du Maroc. Chariot est l’opérateur et conduit, donc, les travaux sur le terrain. Le forage qui a permis cette découverte s’appelle Anchois-2 (précédemment, il y avait eu le puits Anchois-1, en 2009, sur le même permis). Réalisé dans la seconde quinzaine de décembre 2021 par une profondeur d’eau de 380 mètres environ, il a atteint une profondeur de 2 512 mètres.

Ce forage a mis en évidence une accumulation de gaz. De plus, il y a deux autres bonnes nouvelles : l’épaisseur nette de l’accumulation est de 100 mètres (55 mètres pour la zone productrice nette mise en évidence avec le puits Anchois-1, selon Chariot) et les réservoirs sont de bonne qualité. La première de ces bonnes nouvelles doit cependant être nuancée. L’épaisseur de 100 mètres évoquée est répartie sur six zones, de huit à 30 mètres pour chacune d’entre elles, a indiqué l’Onhym.

Pour résumer, les résultats du forage sont ‘’encourageants’’, terme utilisé par l’Onhym. De son côté, Chariot parle d’une découverte ‘’significative’’. Mais ce n’est pas la fin de l’histoire. La société nationale marocaine souligne que ‘’d’autres analyses plus approfondies seront entreprises pour affiner l’évaluation du potentiel gazier découvert’’. Pas de quoi faire le buzz, certes, mais ce n’est pas l’objet. Dans l’industrie pétrolière et gazière, le calendrier et le cadre temporel ne sont pas les mêmes que pour les médias, les décideurs politiques et l’opinion publique. Il est effectivement beaucoup trop tôt aujourd’hui pour avancer des chiffres précis.

Une mise en production d’Anchois dans moins de trois ans ?

Les données collectées lors du forage d’Anchois-2 seront analysées et d’autres forages seront réalisés. Le puits Anchois-1 pourra être utilisé pour le futur développement du champ. Chariot et l’Onhym entendent à présent travailler en vue du développement rapide de cette découverte. Interrogée par SNRTNews, Mme Amina Benkhadra, directrice générale de l’Onhym, a indiqué que la mise en production pourrait intervenir vers la fin 2024.

La communication de Chariot et de l’Onhym a été très professionnelle, suite au forage d’Anchois-2. Par contre, dans le passé, Chariot avait publié des chiffres qui peuvent encore aujourd’hui alimenter les controverses. L’entreprise avait ainsi évoqué, pour Anchois-1, des ressources récupérables restantes d’environ 30 milliards de mètres cubes et, pour l’ensemble du permis Lixus, de 80 milliards de mètres cubes sur la base d’une étude réalisée par NSAI, des consultants spécialisés. Ces chiffres sont hautement spéculatifs car ils portent sur des ressources éventuelles (‘’contingent resources’’) et prospectives (‘’prospective resources’’). Après Anchois-2, Chariot a été plus sobre et n’a pas repris de telles estimations qui sont, au minimum, source de confusion pour des publics non spécialisés.

Prudence et espoirs

De son côté, une autre compagnie pétrolière, Predator Oil & Gas Holdings (basée à Jersey au Royaume-Uni), vient d’annoncer des chiffres très importants pour le bassin de Guercif après les forages MOU-1 et MOU-4. A la différence de Lixus, il s’agit de travaux à terre. Predator a parlé de 11 milliards de mètres cubes de gaz naturel mais il s’agit, là aussi, d’une estimation de ressources éventuelles qu’il faut donc considérer avec une extrême prudence.  

Tout en gardant la tête froide et en prenant également en compte ce qui s’est passé en 2021, on relève des signaux positifs pour les perspectives gazières du Maroc. On peut évoquer le projet de Tendrara de Sound Energy et les activités de SDX Energy, deux firmes basées à Londres, qui détiennent des permis d’exploration à terre au Maroc. Pas de quoi crier victoire, bien sûr, mais des projets et des acteurs à suivre de près au cours des prochains mois. 

Version en arabe 

Version en anglais

 Les opinions exprimées dans ce texte n’engagent que leur auteur.

RELATED CONTENT

  • October 25, 2022
    واجه الاتحاد الأوروبي خلال السنتين الماضيتين أزمة غير مسبقة في قطاع الطاقة بدأت منذ سنة 2021 واشتدت مع الأزمة الروسية الأوكرانية. فارتفعت أسعار الطاقة عمومًا والغاز على وجه الخصوص ممّا تسبّب في ضغطات مرتفعة على الفاعلين الاقتصاديين مستهلكين كانوا ام شركات. فحاول المفوضية والمجلس الأوروب...
  • Authors
    October 21, 2022
    This Policy Brief addresses the question of Europe's interest in the Nigeria-Morocco Gas Pipeline project. The paper advances six arguments to support this interest and its relevance. 1) The project effectively diversifies European gas resources and provide greater scope for action. 2) Building the pipeline helps create a new generation of measures to curb the asymmetric risks Europe faces. 3) The project mitigates the risk of replacing European dependence on Russian gas with anothe ...
  • Authors
    October 5, 2022
    Le présent Policy Brief tente d’apporter une réponse à la question de l’intérêt de l’Europe dans la réalisation du projet de Gazoduc Nigeria-Maroc. Six arguments sont avancés pour fonder l’existence et la pertinence d’un tel intérêt. 1) Le projet participerait efficacement à la diversification des ressources gazières des pays européens et leur donnerait plus de marge de manoeuvre. 2) La mise en place du gazoduc participerait à l’édification d’une nouvelle génération de mesures qui a ...
  • Authors
    September 9, 2022
    Au cours des dernières années, les découvertes d’hydrocarbures au Maroc ont été plutôt gazières que pétrolières. De plus, ces découvertes sont en général de petite taille. La plus intéressante de ces découvertes à ce jour est Anchois, qui est située sur le permis marin de Lixus Offshore au large de la ville de Larache. Ce permis est détenu depuis 2019 par Chariot Limited (75 %), une entreprise basée à Guernesey, et par l’Office National des Hydrocarbures et des Mines (Onhym – 25 %), ...
  • Authors
    Afaf Zarkik
    March 1, 2022
    Known for being a climate change hotspot, Morocco is at the forefront of a climate disaster. Consequences are already being felt, whether in the form of increasing temperature or a downward trend in precipitations, which directly threaten the water security and, by extension, the social-ecological systems of the country. The systems by which food, energy, and water are produced, distributed, and consumed heavily depend on one another. Their implicit feedbacks and links are not linea ...
  • Authors
    January 24, 2022
    En janvier 2022, deux sociétés pétrolières, Chariot Limited et Predator Oil & Gas Holdings PLC, toutes les deux basées au Royaume-Uni, ont annoncé de bonnes nouvelles sur deux permis au Maroc. Ces découvertes de gaz naturel ont fait couler beaucoup d’encre. De façon générale, ce n’est d’ailleurs pas très étonnant, et ce pour plusieurs raisons : une découverte d’hydrocarbures (pétrole et gaz naturel) est un événement important en soi au regard de la place des hydrocarbures sur la ...
  • Authors
    January 24, 2022
    In January 2022, two UK-based oil companies, Chariot Limited and Predator Oil & Gas Holdings PLC, made positive announcements on two gas fields in Morocco. These natural gas discoveries generated considerable attention. This is often not surprising for a number of reasons: a hydrocarbon discovery (oil and natural gas) is an important event in itself given the prominence of hydrocarbons in global energy (oil and natural gas together account for around 60% of global energy consump ...
  • Authors
    January 24, 2022
    في يناير/كانون الثاني 2022، أعلنت شركتا التنقيب عن النفط والغاز، شاريوت ليمتد وبريداتور أويل آند غاز هولدينغ، المستقرتان معا في المملكة المغربية، أخبارا سارة حول رخصتين من رخصهما في البلاد. وقد أفاضت اكتشافات الغاز الطبيعي المذكورة الكثير من المداد. غير أن هذا الأمر ليس بالمفاجئ عموما، وذلك لعدة أسباب. حيث يعتبر اكتشاف الهيدروكاربونات (النفط أو الغاز الطبيعي) حدثا مهما في حد ذاته بالنظر إلى مكانة الهيدروكاربونات على الساحة الطاقية (يمثل النفط والغاز الطبيعي مجتمعين أقل من 60 في الما ...
  • November 9, 2021
     Lors de la COP 26, il est probable que l'on accorde plus d'attention aux grands émetteurs comme la Chine et les États-Unis qu'à la situation des petits pays en développement, pourtant plus exposés aux conséquences du changement climatique. Le Maroc fait partie de cette catégorie. Ce Policy Brief examine les objectifs d'atténuation du Maroc dans le cadre de ses CDN et ses performances à ce jour avant de s'intéresser aux mesures nécessaires pour atteindre l'objectif à moyen terme de ...
  • October 15, 2021
    The European Commission recently presented several legislative proposals as part of its “Fit for 55” initiative, designed to accelerate the reduction of greenhouse gas emissions and achieve carbon neutrality by 2050. A Carbon Border Adjustment Mechanism (CBAM) has been proposed as part of this initiative. The CBAM would be complementary to the EU’s Emission Trading Scheme (ETS), involving CBAM certificates issued to importers based on the integrated emissions intensity of the produc ...